© 2019 - by Nicolas Périaut Wildlife Photographer -

declicnaturecatalane.com

Vautour fauve, l’équarrisseur

December 21, 2015

 

Aucun naturaliste ne reste indifférent à l'allure et la majesté des grands rapaces rupestres comme le vautour fauve. Ces seigneurs des airs, adeptes des montagnes et des falaises ont pendant des années subi la folie et l'ignorance des hommes. En effet, on l'a accusé entre autre de disséminer des maladies. Pourtant, son système digestif lui permet de détruire beaucoup de virus et bactéries, parmi lesquelles : la peste, la fièvre aphteuse, la listériose, la brucellose, etc.. Le vautour fait donc disparaître les cadavres d’animaux pouvant être contagieux pour le bétail, mais aussi pour l’homme.

 

Aujourd'hui, ayant tous obtenu des statuts de protection, ils reviennent doucement tournoyer au dessus de nos têtes. Ils sont très sensibles au dérangement en particulier durant la couvaison, je rappelle donc qu'il est inconcevable d'approcher les nids. Les grandes instances gestionnaires de la nature en France (ONF, ONCSF ...) veillent et verbalisent les perturbateurs. En revanche, les falaises aragonnaises (Espagne) accueillent la plus grande colonie européenne de fauves. Les aménagements destinés à observer cette espèce permettent quelques prises de vue à proximité des nids et des dortoirs. Ici également la plus grande prudence reste de mise, nous ne sommes pas là pour perturber mais pour observer.

 

 

Systématique : 

 

Vautour fauve - Gyps fulvus

 

Ordre : Accipitriformes

Famille : Accipitridés

Genre : Gyps

Espèce : Fulvus

 

Taille : 110cm

Envergure : 240 à 275cm

Poids : 7 à 11kg

 

Le vautour fauve est un adepte des grandes falaises, ses colonies y dorment et s'y reproduisent. Dans certaines régions d'Europe, ces groupes sont constitués de plusieurs centaines d'individus comme au très célèbre site des falaises de Riglos en Aragon (Espagne). C'est un oiseau nécrophage, c'est à dire qu'il ne se nourrit que de cadavres. En effet grâce à son long coup et son bec acéré, il est parfaitement adapté à la dépouille des carcasses. Le plumage blanc et court de son cou se nettoie facilement après les repas, le reste de son corps est protégé par sa large collerette.

 

 

 

Ses serres équipées de griffes courtes et de longs doigts ne lui servent en aucun cas à maintenir ou capturer une proie, il ne chasse donc pas. Cet équipement lui a pourtant valu de nombreuses accusations comme l'attaque du bétail ou voir même l'enlèvement d'enfants dans les airs !

 

 

Le vautour fauve est un excellent planeur se servant des courants d'air ascendants pour s'élever sans battre des ailes. Une montée de 1000m lui permet ensuite de planer sur un linéaire de 15km ! Aussi, il est obligé d'attendre que les conditions soient bonnes pour partir prospecter son immense territoire accompagné de ses congénaires. Chaque individu fonctionne indépendamment durant la recherche mais reste toujours en vue ou à l'écoute des autres. Le premier qui remarque le repas le signale à son voisin qui le signale à son tour à son voisin, etc etc ... Sa vue est impressionnante, un vautour planant à plus de 3000m est capable de voir un objet à terre mesurant 30 cm. En revanche, il ne possède pas d'odorat.

 

 

 

Pendant une curée, les vautours crient, soufflent et chuintent pour tenter d’avoir la meilleure place. Les combats et joutes sont courants, et permettent de hierarchiser les individus.

 

Entre Novembre et Janvier a lieu la reproduction. C'est la période des parades très spectaculaires où l'on peut observer les oiseaux voler en tandem ou voler l'un au dessus de l'autre d'une manière très synchronisée. C'est également le moment du transport des matériaux destinés à la confection du nid. Ce dernier sera constitué de branches, mousses, d'herbes et éventuellement de plumes de mue. Il n'est pas rare d'assister à des scènes de pillage des nids par les congénaires.

 

 

Ces grands oiseaux matures vers 5 ans restent en général en couple pour la vie et n'élèveront qu'un jeune par an. La femelle, une fois fécondée à la possibilité de stocker durant plusieurs semaines le sperme dans ses tubules spermatiques. Ceci lui permettra éventuellement une ponte de remplacement si l'incubation du premier oeuf a échoué.

L'accouplement est court, rarement plus de 30 secondes.

 

 

 

 

La femelle pondra un unique oeuf environ 3 semaines après l'accouplement.

Les deux partenaires se relaieront  durant 48 à 57 jours avant que l'oeuf n'éclose. L'oisillon sera ensuite couvé uniquement par la femelle durant quelques semaines pour le protéger du froid. Son espérance de vie sera alors de 30 à 40 ans !!!

 

 

 

Si vous êtes désireux de découvrir et de photographier ce superbe oiseau, je vous propose des stages en Espagne et en Lozère de Novembre à Avril. Pour plus de renseignements rendez-vous dans la rubrique STAGES. (Prochain départ en Espagne les 26, 27 et 28 Avril 2019) : pour s'inscrire contactez-moi

 

 

A très vite !

 

Nicolas

 

GALERIE : le vautour dans tous ses états